28/09/2012

Roulotte-Boy prend l'air


Il fait beau. La dernière fois que je suis sorti, c'était pour aller à l'hôpital. Cela fait un certain temps que je tourne en rond. C'est que dans les 50 m2 de mon logement il n'y a que la moitié que je puis parcourir sur mes roulettes. Sinon, il faut que je me traîne avec mon déambulateur... Et encore, il y a des zones qui me sont simplement inaccessibles...

Là, la Mater à fat des marches dans le quartier, voir au delà... Elle a même été plus loin que moi dans le Sud.
Il faut aussi dire que le début de la rue Barbuse et de la rue parallèle sont un peu craignos... La rue Barbuse devient au bout d'un certain temps acceptable...pas l'autre... Je ne m'y aventure pas à pied...
Mum, si... Elle vit en Normandie, des terres encore civilisées.

On prend les cannes anglaises pour mes déplacements hors du fauteuil et mum descend mon truc à roulettes. Je descends les quelques marches du perron à l'aide d'une canne et de la rampe ; m'installe sur le fausante, handicapteuil et hop direction le Sud.

sauf que le trottoir est défoncé par des travaux...gym-canards avant de traverser.
c'est à partir de la poste que le trottoir est assez large. Il y a même des bateaux de ce côté-ci pour les vélos...

Nous arrivons au niveau d'un petit square et d'un resto-bar où nous prenons un petit quelque chose .

Le retour est plus difficile : plus de bateaux. Le choc sur le clou enfoncé dans mon os à chaque passage de trottoir
Le pompon ? Les travaux sur le trottoir en face de chez moi devenu quasi impraticable... Si ma mère n'avait pas été là, cela aurait été impossible !

En résumé quand on est handicapé, on est prié de rester chez soi !

17:56 Écrit par Pierrot dans Petits riens | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sante, handicap |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.