31/10/2012

Avoir du pot !

 

 

 

Nous vivons une époque formidable !

 

Pensez donc, pas besoin d'aller à la fontaine avec un broc pour chercher de l'eau !

 

Il y a aussi quelque chose auquel on ne pense pas, ce sont les toilettes.

 

 

 

Avoir des toilettes accessibles nous semble évident, mais c'est tout de même quelque chose qui ne s'est généralisé qu'après la seconde guerre mondiale !

 

Dans les campagnes, le « feuillet », simple trou dans le sol, se trouvait au fond du jardin. Quelques méchantes planches et un loquet protégeait l'intimité. Les journaux servaient plus d’essuie-toute-choses que de lecture !

 

 

 

Dans les maisons d’ouvrier, ce dispositif existait également : derrière la pièce principale du rez-de-chaussée le jardinet en longueur accueillait le potager puis au fond, près du parc à volailles et du clapier, la cabane du fond du jardin. Dans ces maisonnettes, ce n'est que dans les années cinquante que des extensions de la maison ont été gagnées sur le jardin pour accueillir une salle de bain et les toilettes.

 

 

 

Dans les maisons de rapports (ou immeubles de rapport), les toilettes étaient collectives. Ainsi, dans l'immeuble que j'occupais à Paris, historiquement, le premier toilette du bâtiment était un cagibi au niveau de la cour. Désaffectés depuis longtemps, ces lieux d'aisances sont devenus le plus souvent le local poubelle.

 

Par la suite, toujours dans mon ancien immeuble, chaque palier avait un toilette pour quatre logements. Les exigences en confort de logement augmentant après les années cinquante, le propriétaire a du réunir des surfaces. Pour les toilettes, il lui suffisait de condamner la porte donnant sur le palier et d'ouvrir le muret les séparant des logements.

 

 

 

Pour les maisons individuelles, celles de la bourgeoisie, les toilettes n’étaient certes pas collectives mais restaient avant guerre confinées à un appenti derrière la maison.

 

 

 

Bref aller aux toilettes était aussi simple à cette époque que d'aller chercher de l'eau !

 

 

 

Maintenant, imaginez... Il fait nuit, vous avez bu un bon litre de bière et vous avez une envie pressante... Il vous faut vous habiller un minimum : bonnet de nuit sur la tête, robe de chambre au dessus de la chemise de nuit, chaussons ou pantoufles aux pieds.

 

Dans le meilleur des cas, bougie à la main, vous devez sortir sur le pallier, ou dans la cour, tout en protégeant la flamme, avant de pouvoir vous soulager.

 

Sinon...

 

Dans la cuisine, le poêle est éteint ; pour gratter une allumette, vous devez vous y mettre à plusieurs fois: la chaleur du feu partie, l'humidité a gagné la pièce. Enfin vous arrivez à allumer la mèche de la lampe à pétrole ! Direction la porte du fond, celle qui donne sur le jardin. En prévision, vous avez bourrés les poches de la robe de chambre de feuilles déchirées d'un vieux journal.

 

La tempête fait rage, lanterne à la main, vous devez traverser le jardinet sur toute sa longueur et affronter les bourrasques... Malmenée par les tourbillons de vent, la lampe tempête tangue, pourvu qu'elle ne s'éteigne pas ! À la lueur de la flamme, l'éclairage est évidement mauvais. l'allée qui traverse le potager est inégale... combien de fois avez-vous butté sur une dalle au risque de vous étaler !

 

Et tout cela pour aller aux toilettes !

 

Autant dire que si vous êtes un mec, vous pissez sur les tomates !

 

 

 

Une solution ? Le pot de chambre et le petit meuble qui va avec...

 

un meuble introuvable sauf dans les vides-grenier

 

C'est le genre de petite chose du quotidien auquel on ne pense plus...

 

jusqu'à ce qu'on se trouve dans une situation où aller aux toilettes tient de l'expédition !

 

3 mois sans poser le pied et à se déplacer avec un déambulateur et des béquilles...

 

Autant dire que la version moderne du pot de chambre est adoptée !

 

 

 

Voir aussi:

Economiser l’eau comme autrefois, ou comment se laver sans salle de bain ni douche.

 

13:11 Écrit par Pierrot dans Petits riens | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : salle de bain, wc |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.