09/11/2012

Pierrot fait du sport

Lundi, je suis devant un petit café...
Quoi de plus extraordinaire, me direz vous...sauf que...
Sauf que je suis assis sur un tabouret à un comptoir.
Cela ne m'était pas arrivé depuis trois mois !

Les rares fois où je suis sorti, ma mère devait nous pousser, nous tirer, nous hisser mon fauteuil et moi, l'état des trottoirs ne pouvant le plus souvent me permettre d'avancer seul. À vrai dire, il n'y a guère que les routes qui sont praticables.

santé,handicap
Il suffit d'un rebord à angle droit de 1 cm pour qu'elle ait besoin de poser son pied sur l’arrière du fauteuil pour soulever les roulettes. Trottoirs avec leur revêtement encore béant suite à des travaux, absence de revêtement, pente à plus de 3%,  absence de bateau... sont autant d'obstacles qui nous obligent à redoubler d'effort, à compenser, à se réfugier sur la route au détriment de la sécurité...

Il fallait que je puisse sortir de ce fauteuil, il fallait que je vois si je puis faire quelque chose sans déprendre totalement de ma mère... Ce serait bon pour mon  moral, cela aussi lui donnerait plus de liberté.

Lundi donc, juste après ma première séance de Kiné, je décide d'accompagner mum à Cora en béquilles.

La distance n'a rien d'extraordinaire : 300 mètres à tout casser. Et pourtant, qu'elle expédition !
Combien de temps ai-je mis pour faire ces malheureux mètres ! Maman, m'attendant avec son caddie, munie d'une grande patience et... d'un parapluie, biens utiles tout deux par ce temps exécrable.

Cela fait longtemps que je n'ai pas fait du sport. Même avec l’équipement, je suis loin d'être musclé comme il faudrait. Mais ce qui m'est le plus pénible, c'est le fait que tout le poids repose sur un seul pied, une seule anche... je finis par fatiguer de l'autre jambe, celle valide.

Une fois dans le centre commercial, je m'assoie sur un banc, pendant que mum s'engage dans le super-marché. Après avoir pris un peu de repos et séché un peu de la pluie, je décide de faire un petit tour dans le magasin : je souhaite offrir une saison d'une série à mum.
Je crapahute entre les rayonnages et passe à la caisse la plus proche de l'entrée. Une personne âgée avec une canne est devant moi. Elle me proposait de prendre sa place, mais je lui laisse poliment la place : priorité aux aïeux.
« Bonsoir », lui souhaite le jeune caissier...
petites plaisanteries entre nous, juste pour le fun, entre éclopés.
« Vous anticipez, parce que vos nuits sont plus belles que mes jours ? »
Le jeune Erwan pique un fard... et rigole franchement à ma plaisanterie en me rendant ma monaie.
Au loin, je vois qu'un tabouret haut du bar est libre... Mum n'est pas encore là. Je crapahute vers ce siège, me hisse et tout en sirotant, jette un coup d'oeil vers les rayons.
Un petit chaperon rouge passe  de temps en temps. Je la vois devant les légumes...
J'ai largement le temps de prendre une deuxième boisson avant qu'elle ne passe à la caisse...

Le retours a été aussi pénible que l'allée...
Je manque d'exercices.

17:15 Écrit par Pierrot dans Petits riens | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : santé, handicap |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.