10/05/2014

Auprès d'une blonde

Vendredi soir.

Je suis dans un bar près de Denfert : La Chope Daguerre.

Même si le temps est peu clément, c'est important de se forcer à ne pas rentrer directement.

C'est en effet une des mille et unes raisons pour lesquelles mon blog n'avance pas.

 

La population qui passe dans la rue Daguerre est particulière. Beaucoup de personnes d'un certains age et des jeunes de bonne famille.

Cette rue est vraiment commerçante : boucheries, poissonneries et primeurs. Et oui, les gens qui sont dans le coin ont les moyens d'habiter Paris. Les cafés de cette rue peuvent en témoigner : quelques spécialiste de bar à vins... mais attention, pas de la piquette !

 

Et aussi étonnant que cela puisse être, un vendeur de DVD bon marché !

 

Une kro sans alcool sur la table, je laisse déambuler mon regard.

Au fond de la salle un triptyque de miroirs. Les cadres semblent être art déco au lignes épurées.

En lien et place de deux miroirs bien lisses, les volets de la composition portent de grands morceaux collés les uns sur les autres comme si un cubiste était passé par là.

Des lampes en applique portent des abat-jour plissés rouge-vif. Chacun à son couvre-chef en paillette comme les portaient les saltimbanques des musicales.

Radio Nostalgie en bruit de fond n'est pas là pour empêcher les conversations : ici, on peut parler sans devoir pousser la voix.

 

A coté de moi, quelques jeunes femmes et jeunes mères. Un petit bout-de-chou a du mal à rester en place. Du cône en gaufre, une boule de glace au chocolat est consciencieusement léchée. Il en a autant sur la bouche que sur la petite serviette en papier.

 

Pour moi, le Week-end commence.

09:38 Écrit par Pierrot dans Petits riens | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paris, bar |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.